Je t'aime, moi non-plus



Que faire de tous ces hommes, toutes ces femmes, de tous ces enfants qui veulent aimer, être aimés et encore aimer !

Réponse des spectateurs :

-ils font chier, toujours à chercher, toujours à demander. Moi, je vis dans mon coin, je n’embête personne. Empêchez-les de parler, et là, ce sera les vacances…
-il faut les comprendre, il faut s’aimer les uns des autres, regarde les animaux, ils ne se prennent pas la tête, ils le font et puis c’est tout. Nous, c’et si compliqué, ces sentiments. Amour, haine, pas de problème.
-moi, je suis las de tout ça, jettons-les comme des bouts de papiers, des miettes de pain qu’on ne voudrait plus, des bouts d’histoires qu’on effacerait. Mieux, mettons-les dans le feu de la cheminée, par une froide soirée d’été, ils ne comprendront pas ce qui leur arrive. Ils en oublieront toutes ces questions.
-j’ai été subjugué, tous ces corps en harmonie, en demande, non, pas de bûcher, j’ai vécu ce que je devais vivre à leurs côtés, je me sens proche d’eux. L’amour, on est tous derrière, ou plutôt les amours car moi, je ne crois pas à l’Amour, avec un grand a, quelle connerie !
-si, brûlons-les, je suis morte, je vais les rejoindre, je me jette dans ce doux feu, un théâtre dans un théâtre, des hommes qui aiment des femmes qui aiment des femmes qui aiment des hommes ; C’est compliqué, c’est un job, c’est la vie, quoi !
-ça paraissait si vrai, j’étais sur la scène ou dans la salle. Ils jouent bien, les comédiens, quoi ? C’étaient des gens comme vous et moi ? je n’aurais pas cru…
-Ouais, c’est la vie, allez avec un laser ou un feu, hop ! terminé ! plus rien à dire !

Critiques :
-nous avons vécu une expérience formidable, tous ensemble, sur scène, nous sommes des femmes, des hommes, des enfants. Nous ne demandons qu’une seule chose, d’aimer, d’être aimé. On a fait ça parce que l’on cherche des outils pour y parvenir, je crois que les visages désespérés, enthousiastes, maudits, détestés, éclairés, ébahis, surpris, tous ces visages avec les yeux dans le noir, ce sont ça, les outils, les moyens ; ce sont ces visages qui nous fait vivre, détester, aimer, haïr, pleurer, rire. C’est ça la réponse.