Par une nuit, des souvenirs bien lointains

Je me souviens du creux de tes mains
S’oublier dans la tiédeur des draps
Me perdre dans la douceur de tes bras,
Sans qu’il y ait de lendemain.

Des cuisses qui s’effleurent
Sentir ton corps, sa chaleur
Sentir tes yeux qui me dévorent
Et Sentir mon coeur battre plus fort.

Sens-tu comme il bat?
Il bat pour toi.
Et toi que fait ton coeur pendant nos ébats?

S’égarer dans le plaisir
pour mieux se découvrir
Oublier nos ombres,
Oublier nos moments sombres,

Et mon cœur bat encore plus fort,
Mettre de côtés nos torts,
Oublier que nous sommes deux,
Oublier que nous sommes peureux.

Sens-tu comme il bat?
Il bat pour toi.
Et toi que fait ton coeur pendant nos ébats?

Devenir un seul être
pour mieux se connaître.
Nager dans le silence,
S’envoler en toute innocence.

Regarde, deux enfants sur un lit,
Plus de frontières, plus de non-dits,
Deux cœurs palpitant en harmonie,
Nous sommes seuls et unis.

Sens-tu comme il bat?
Il bat pour toi.
Et toi que fait ton coeur pendant nos ébats?

S’enfuir à deux là où l’on désire
Choisir notre musique,
Héros d’un roman épique,
Chevaucher la colline de nos souvenirs.

Enfin, sentir ce bonheur nous envahir,
Un caramel fondant dans nos bouches,
Une drogue à l’opium du désir,
Mais ne plus être farouche,

S’abandonner juste un instant,
A ce plaisir venant de loin,
Tout effacer juste un moment,
Pour ce plaisir venant de loin.

Je me souviens de cette nuit,
De ce plaisir venant de loin,
De plus profond de nos âmes.
Je me souviens de ces nuits,
De ce plaisir si peu commun,
Tout lui abandonner
et voir comme il pénètre en l'autre
et voir comme l'autre sourit.