La petite fille au coquelicot

Il pleut,
la petite fille au chapeau rouge,
se balade comme elle peut,
entre les gouttes,
se faufile sous les voûtes,
de ce village fantôme.
Elle s'arrête un peu,
goûte chaque arôme,
et fait un vœu.

Il pleut, il pleut,
La petite fille au chapeau rouge,
court aussi vite qu'elle peut,
elle trouve des passages,
qui n'ont plus d'âge,
des écrits sur les murs,
que les voix saturent,
elle écoute, elle doute,
elle hésite et envoûte.


Il pleut, il pleut,
La petite fille au chapeau rouge,
aux reflets camaïeu,
pénètre dans une maison,
autrefois habitée,
par des êtres de déraison,
aujourd'hui abandonnée,
pour de plus vastes horizons.
elle trouve un chambre,
celle d'un enfant,
aux couleurs ambre,
aux jouets bruyants.

Un Pinocchio dévasté,
un ourson borgne,
des dessins inanimés,
des crayons qui lorgnent,
des joujoux en deuil.

Il pleut, il pleut,
mais la petite fille au chapeau rouge,
court, court, sans peur.
puis s'endort, 
sans tort,
au bout du chemin,
dans ce champ de coquelicot,
sur le chant d'un matelot,
où elle ne fait plus qu'un,
Sa tournée terminée,
elle peut se reposer,

La petite fille au chapeau rouge,
appartient à l'histoire de ce village,
à l'époque si volage,
aujourd'hui si sage....