Une rose rouge

-Elle est pour toi.

-Pourquoi ? 

-Chut...prends-la et ferme les yeux...






J'ai ouvert les yeux,
il était parti,
mais son parfum n'avait pas fui,
il m'accompagnait, heureux.

Une rose rouge,
pour le petit chaperon rouge,
qui ne craint ni le loup,
ni les paysages andalous.

Une rose rouge,
m'a t-il murmuré,
pour cette beauté,
qui s'illumine tel un ange.

Où es-tu ? 
pourquoi as-tu disparu ? 
cette nuit d'hiver,
me laissant le coeur à l'envers ? 

non, je ne parle pas d'amour,
mais de détresse, 
non pas de tristesse,
mais d'un manque sourd.

Une envie veloutée,
quelques feuilles à la dérive,
je me pose sur cette rive,
et je te vois t'effacer.

Elle m'a offerte,
une porte ouverte,
cette rose rouge,
que la vie démange.

Une simple rose,
dans un livre jauni,
des souvenirs gris,
comme nous elle ose.

Sur un pont en bois,
seule, sur un banc,
j'entendais ta voix,
en me souvenant de nous, des enfants.