Cours toujours la nuit....

Je vais m'endormir,
oui, c'est bien l'heure,
je cours, je cours,
quand de petits lutins virent,
au coin d'un leurre,
mes petits pieds, libres toujours.

Je vais lire,
oui, lire et rêver,
il est temps de rentrer,
ivre de tous ces sourires,
je me sens enivrée,
triste aussi,
mélancolique, un tantinet,
des pleurs qui glissent ici,
en souvenir du temps passé,
car bientôt, le piège va se refermer.

Je vais me cacher,
oui, me cacher sous la couette,
car comment affronter,
ce sein que l'on tète,
ces histoires qui pour moi ne finissent pas,
ces caresses qui pour moi sont indélébiles.

Parfois,
lors d'un jour vil,
je me demande s'il pense à moi,
ça fait mal, à l'intérieur de soi,
alors je cours, je cours,
rejoindre les mots,
qui, eux, toujours,
ne me portent pas poignard dans le dos.