La dame au chapeau

Un chapeau rond,
qui recouvrait son front,
ridé par le temps,
souvenir d'enfant.

Elle se parlait,
à elle-même,
sans regret,
avec un teint parfois blême.

Elle regardait tout autour,
des visages inconnus,
jouant dans une cour,
qu'elle ne reconnaissait plus.

Le temps a filé,
sans l'attendre au détour,
du passage des jours,
qui l'ont abandonnée.

Elle en a mené,
de lourds combats,
des histoires affolées,
des moments plus bas.

Elle se souvient douloureusement,
de celui qui l'accompagnait,
sur son chemin tournoyant,
de celui qui l'aimait.

elle se lève recourbée,
par le poids des souvenirs,
qu'elle accueille avec sourire,
car pour rien au monde elle ne les changerait.

Elle murmure,
des pensées bien à elle,
elle en est sûre,
et ça lui donne des ailes.

Une fois dehors,
cette mamie d'une autre ère
m'a jeté un sort,
qui m'est cher.

Je la suis, sur ce banc. Elle me fuit, puis me laisse un pan.
Je m'assois, elle m'observe comme un proie.

Elle me prend la main,
comme au coin d'un arbre,
me glisse un secret,
qui me tiendra jusqu'à mes lendemains,
sans rester de marbre,
une larme se met à couler...