Je m'enflamme...

Une chaleur,
mon corps prend des couleurs,
il n'y a plus d'heure,
rien ne m'oblige,
juste ce sentiment de voltige,
qui parfois me fait peur.

Je veux crier, le chanter,
s'il le faut, s'échappent mes mots,
plus rien qui ne m'attrape, tout qui dérape.
Viens viens à moi, douce violence,
Ne me laisse pas le choix, quelle déviance...
Tu es la reine, ne me laisse pas à la traîne.
Trop longtemps blesser, oui, oui, je veux le crier !
Mordre cette vie, Tordre ces envies,
à l'infini,
bien au-delà,
jamais fini,
peu importe le trépas.

Se libérer de cette petite mort, non, je n'ai pas tort. Viens, viens, je m'enflamme et déclame, des chants, parfois ésotériques, des carcans, qui se brisent, encore lyriques, j'attise ce feu, qui me hante, qui se joue, je glisse sur sa pente, car il me tient en joue.
Si doux, si inattendu, une étoile rousse, à perte de vue, j'ai chaud, et encore plus chaud, une lune pleine, voguant dans la plaine, des loups hurlent, dans la forêt qui me brûle, incandescence, j'en perss mon innocence, je saute, je m'abandonne....je m'enflamme...