le geai moqueur

tu le connais ?
et toi ?
tu l'as vu ?

il s'est glissé,
loin du trépas,
j'ai suivi ses petits pas,
mais il s'est envolé.

Tu le connais  ?
et toi ?
tu l'as vu ?

hier, je me promenais,
les pensées élancées,
un coeur serré,
au pied des pavés.
j'ai glissé
quand il a chanté,
oh oui, il était bien coquin,
et se libérait chaque matin,
une mélodie câline,
sur laquelle il bruine,
quand tombe la nuit,
quand tombent ses fruits.

Tu le connais ?
et toi ?
tu l'as vu ?

Un geai moqueur,
qui n'aime pas les aigreurs,
de ceux qui se jouent,
de ceux qui se mentent,
des âmes démentes,
de ceux qui ne tournent pas la roue.

Un geai moqueur, qui veille sans apesanteur, sur cette petite fille, là bas derrière la grille. Elle le voyait,
et ses rêves s'agrippaient à nouveau à elle, lui donnant les plus belles ailes.
Un geai moqueur, qui connaissait les humeurs de son amie, la petite fille, qui s'attachait à ces barreaux, rêvant de chemins alentours, d'épées hors du fourreau, d'un nouveau jour...

Tu le connais ? Oui, je le connais,
et toi ? et moi, il m'a accompagnée,
tu l'as vu ? Et un jour il a disparu....parti mais pas bien loin...regarde il sourit...

Et la petite fille, devenue femme, sourit...