Lettre à un ami

Tu es parfois loin,
mais je te sens,
oui, tu vogues au lointain,
mes pensées suivent le vent,
jusqu'à toi,
et notre vie à quatre mains.

Où es-tu ce matin ?
Sous quel autre toit ?
Tu m'entends,
attends, attends,
ma plume se délie,
quand je te lis.

Des mots, des mots,
cher ami,
il est temps pour tes maux,
de les briser,
de les laisser s'envoler.

Oui, mais j'ai peur,
que va t-il arriver ?

La nuit est ta soeur,
fais confiance à sa clarté.

Cher ami, cher aimé,
nous discourons,
nous courrons,
au fil de nos pensées,
j'espère ne jamais nosu arrêter,
j'entends l'enfant arriver,

La plume nous réunit, des citations, des ennemis, du partage, face à tous ces sages. Rien à décider, rien à compromettre, les enfants sont maîtres, le corps est apprécié. Des échanges, des écrits qui s'éternisent, on se fait une bise, souvent deux sous la brise, rien ne nous arrange, rien ne nous dérange, tout nous démange.
Nous nous sommes trouvés, alors deux êtres égarés. la vie est étrange parfois, mais souvent de bonne foi.

Tu me quitteras ?
non, pourquoi me demandes-tu ça ?
La vie, tu sais, la vie...
oui, mais regarde la nuit,
suis une étoile,
mets la sur ta toile,
prends ton encre,
jette l'ancre,
saisis ta plume,
et monte en haut de la dune...

Merci mon cher ami...