Recette

Prenez des pommes,
comme vous êtes avec votre homme,
chassez les mauvais esprits,
ne gardez que les golden et les granny.

Enlevez délicatement la peau,
sans jamais tourner le dos,
car elles peuvent vous tromper,
et pour un long temps vous renverser.

Couper en fine tranche,
toujours en restant franche,
car la sincérité,
est meilleure aux aguets,
un couteau délicatement acéré,
que l'on cherche à garder,
toujours tout près,
pour ne pas effleurer,
la mal qui ronge,
des émotions en éponge.

Sentez la douceur de l'une,
l'acidité de l'autre,
l'épaisseur d'une dune,
se fracassant contre la nôtre.
Disposez les dans un plat,
elles sont parfois fuyantes,
car les voix bruyantes,
leur font suivre des pas,
souvent délicats,
indécis, et pleins de tracas.

Préparez la pâte,
avec les ingrédients de votre coeur,
dosez sans peur,
et laissez monter votre hâte.
Saupoudrez d'un parfum d'amande,
car c'est ce qu'il vous demande,
Gourmande,
et jamais de cendre,
vous voilà impatiente,
et toute frétillante,
de déguster à l'envie,
ce gâteau qui vous sourit,
un plaisir qui vous manque,
qui joue les saltimbanques.

Du four se dégage
cette odeur savoureuse,
qui vous rend heureuse,
à la fois douce et piquante,
vous réveille abondante,
de désir,
cherchant à vous transir.

Un résultat moelleux,
qui annonce des jours heureux,
mais n'est-il pas lui aussi trompeur ?
alors vous revient cette frayeur,
mais devant l'interdit,
vous ne pouvez qu'essayer,
peut être serez-vous blesser...
mais c'est le prix fort à payer,
quand vous voulez goûter,
à cette vie d'égaré...