Chuuut...

Garde la tête haute,
.
vas-y, saute...
saute...

Chuuut....
Tu crois qu'elle va tomber ?
elle semble bien affûtée...
c'est une dure épreuve,
elle y arrivera ?
le vent la suivra,
la terre est neuve.

Pourquoi ils me regardent tous les deux,
là-haut le ciel semble heureux,
mais je compatis,
et apaise ses plaies.
oui, la couleur me plait,
le silence rougit.
Pourquoi ils chuchotent ? 
je vais l'ouvrir cette porte ! 

Ses lèvres s'agitent,
mais ses mains restent fermes,
des portes se ferment,
mais les clés, elle les abrite.
on dit qu'elle ne craint pas l'orage ?
c'est vrai...
On dit qu'elle n'a plus d'âge
c'est à son gré...

Pourquoi ils ne veulent plus croire ? 
et moi ? j'ai peur du miroir...
ce n'est pas mieux,
ils n'y voient que du feu,
mais cirque de la tempête dedans,
Les mots sortent en chant...


Vous l'entendez ?
oui, toujours elle fredonnait,
sur cette corde,
elle en perdait ses cordes,
elle se balançait,
mais elle craignait...

Oui, j'étais anxieuse,
et parfois rieuse,
mais un jour, j'ai sauté,
il fallait bien s'aventurer,
c'était un peu trop haut,
et toi ? 
tu es où ? 
tu es parti où ? 
si je saute, tu reviendras ? 
j'entends ta voix,
ma joie, mon toit...

tu crois qu'elle attendait ?
chuuuut...il ne faut pas la déranger,
je sens encore son odeur,
jamais je ne voyais sa pâleur,
elle était petite,
prenait parfois la fuite,
je la connaissais si bien,
elle me connaissait trop bien.

J'entends notre musique,
qui résonne sans brique,
j'ai l'impression de voler,
des silhouettes à ma portée,
en bas je les sens respirer,
lui, il semble pleurer ? 

Papa, pourquoi tu pleures ?
...Une rumeur,
partons mon enfant,
laissons son âme en repos,
la fille du lac tournoyant,
je me souviens tant de ces doux mots...

Au revoir amour,
Je sens qu'il me reviendra toujours...