Conte à ma façon : Blanche-neige

Oh miroir, miroir,
je ne saurai te décevoir,
et pourtant....
plus rien ne m'attend,
cette voix qui me parle,
m'ordonnant de chercher un Graal,
espoir, espoir,
certes tu fais vivre,
mais tu ne me rends pas assez ivre,
j'en pleure le soir.

Regardez cette pâleur,
son sourire plein d'ardeur,
elle se la joue innocente,
mais que connaît t'elle des déboires,
dans sa tour d'ivoire,
elle n'a jamais broyé de noir,
alors que moi, on me laisse choir...

La Reine, la reine....ah !!!!!
j'en perds mes pas...
mais qui suis-je vraiment ?
parfois je me mens...

Je l'entends dans sa tour enfermée,
elle rumine tous les jours,
moi j'attends la fée,
et je rêve à de nouveaux jours.
j'ai le teint trop blanc,
trop lisse,
sur moi tout glisse,
les soucis sont bien navrants.
Ma peau n'occulte pas mes maux,
oui, je reste humaine,
chère reine,
tu oublies que nous sommes dans le même bateau.
j'imagine ce prince, 
quand la porte grince,
venir me délivrer,
de mon innocence née.

Un jour, elle est venue à moi,
oui, je viens à toi,
elle m'a proposé une pomme,
oui, je t'ai tendu du rouge, une pomme,
je l'ai prise car je suis bien sotte,
oui, tu l'as prise, sous mes yeux loupiotes.
Mais tu m'as proposé d'en croquer une partie, tu étais maligne, ma belle....
mes allures de sorcières ne t'ont pas rebuté,
je te félicite.
les choses sont allaient si vite,
oui, le prince ne viendra pas,
tu le sais,
tu m'as alors invité,
à pénétrer dans ton chalet,
là où toutes tes envies étaient emprisonnées,
tu rêvais d'aventures, de flammes,
hors de tes lectures, être une vraie femme.

Nous avons parlé des heures durant,
pour ne faire plus qu'une,
et ne plus ouvrir la porte au vent,
oui, ne faire plus qu'une,
toi et moi,
en émoi,
même être, même regard tournée à la fenêtre...
à double facette,
oui qui guette,
le prochain matin...
le premier train...

Blanche-neige n'est pas plus blanche,
à l'intérieur,
le geai moqueur,
en elles, toutes deux, une avalanche,
de souvenirs, d'attentes,
déchues, latentes,
des abeilles sans miel,
un ciel sans soleil...

Blanche bout comme une reine insatisfaite,
Neige crie comme une reine défaite...

Je suis elle,
elle est moi,
je croque cette pomme,
je meurs en même temps,
j'étais elle,
elle était moi...

A notre réveil,
par un baiser du vent,
nous voyons des ailes,
par un élan chantant,
nous l'avons repoussé enfin,
et prit enfin la bonne route,
plus de déroute,
juste un lendemain...