Le monologue du funambule

Je me tiens sur un fil,
on me dit que ma vie ne tient qu'à un fil
on me dit qu'on tire les ficelles,
on me dit de briser mes ficelles...

les mots se répètent en boucle,
vous avez remarqué ?
j'ai perdu il y a quelques années mon couple...
je ne fais aujourd'hui que passer,
on ne peut pas me retenir bien longtemps.
car je suis le vent.

Vous ne me croyez pas ?
alors vous devriez suivre mes pas.
Sous le chapiteau, on me dit filante,
j'aime jouer la fille errante,
sur un fil tout en haut,
mon coeur vibrant,
libre du temps,
je risque une vie,
car pour moi, ce sera sans filet,
peu m'importe les avis,
car je suis la fameuse écorchée.

je joue de mes pieds,
l'un devant l'autre comme des fourmis,
mes bras de cerf volant,
je joue sans arrêt,
la tête vidée de ses ennuis,
je glisse sur un trait.


on me dit de marchersur un fil,
on me dit de me taire
on me ment sur la terre,
on me défie dans l'air,
on me dit de marcher sur un fil.

on m'appelle la funambule,
j'ai la vie d'une somnambule,
j'avance libre
j'avance ivre,
car tant de risques dans la lune,
peut conduire à la ruine,
mais quand le ciel bruine,
si vous saviez combien la vie devient une dune.

les étoiles, je m'en sens si proches,
je sens la mort qui s'approche,
mais elle ne me touchera pas,
car elle ne peut pas suivre mes habiles pas.
là haut, le silence est roi,
on perd un peu délicatement sa foi,
la volage du voyage,
j'en oublie d'être sage.
les bras jouent l'équilibre,
et le monde d'ne haut vibre....