Ici, à tes côtés

En bref,
un couple au peu de mots...

elle dit
j'ai peur,
il fuit
je suis un leurre.

Ils se regardent,
ils se trompent,
ils rompent,
de la mégarde...

ils vont au bout du quai,
elle dit,
je reste aux aguets ?
il dit
je ne peux plus rester.

Elle ne comprend pas,
sent brûler ses pas,
il ne sais plus où se mettre,
voudrait-il disparaître ?
les larmes montent,
pourtant jamais elle ne se démonte,
elle retient,
comme le vent qui vient,
il la sent fébrile,
il n'a pas été très agile.

il dit
pardonne moi
elle dit
retourne toi,
il dit
je ne veux pas tout gâcher,
elle dit
c'est déjà fait
il dit
quelques excuses ?
elle dit,
rien qu'une ruse.

Le couple parfait s'en est allé. le temps vire, le train arrive, ils sentaient la dérive, à présent coule le navire. on ne peut plus parler, les maux se font brefs, car l douleur s'invite en greffe. on veut échapper. les rails se font rouge, quand à l'intérieur tout bouge. ils s'effleurent la main, chacun sa fierté, tout nier ? et un jeune matin ?
Il lui a fait mal, c'est plutôt sale, ils hésitent,ne vont plus très vite, ils tâtonnent, ils marmonnent, veulent vivre l'épique, une histoire inédite, mais la vie les rattrape, ils se cachent, se détachent, les douleurs rapent, du ludique, de l'alambic, ils ne savent plus, ils ne veulent plus ? ils ne peuvent plus ?

elle dit
je t'aime
il dit
je t'aime
elle dit
je te hais
il dit
c'est la même chose
elle dit
ça ne peut pas être toujours rose
il dit
je te hais.

plus personne sur le quai,
du vide,
un histoire au goût du Cid,
la gare dit
j'en verrai d'autres bientôt
j'en garde chacun de leurs mots,
car des couples, ici, à mes côtés,
il y en a sans arrêt.

Ils disent
.....