Autoportrait

j'ai dessiné une ride,
oh roi du temps, sous ton égide,
hier j'étais une enfant,
un beau jour on apprend !
on est déçu
parfois,
par les inconnus,
de choix,
qui gravitent,
qui s'invitent,
autour de tes pas,
certes indélicats.

Secrets intimes,
qui s’immisce,
en dents de scie,
avec une lime
qui se ronge,
on songe,
on se dérange,
les jours se mangent.
on se demande :
où je suis ?
qui me suit ?

j'ai dessiné deux seins,
que l'on tient,
entre ses moites mains,
désirs astreints,
des cailloux sur la route,
vieux petit poucet,
certes en déroute,
qui vient ici valser.
j'ai sauté,
mal retombée,
parfois,
une fois,
regretté,
jamais,
abandonné
vraiment ?
lentement,
on se défait, de ces souvenirs, un cadre qui jaunit, des jours qui s'enivrent, on s'assoit, en émoi, ah si tu savais, en mon temps, phrase d'antan, décodée, virée, censurée .je change, je dérange....

je change, je dérange,
ça me démange
cri en silence,
monde explosé,
ressentiment qui prend le vent,
devant moi s'étend cet océan,
on se baigne, non
on s'y noie, comme un tronc,
arbre déraciné,
clochard d'une rue ridicule,
passer ce monticule,
mendiant d'un soir,
rien, si ce n'est décevoir.
les visages se tournent,
où je suis ?
qui me suit ?
personne,
un chat ronronne,
personne,
des petits bouts,
de papiers qui s'envolent,
qui décollent,
reviennent,
s'abstiennent,
me reviennent,
je suis lui, et lui et encore lui,
je suis elle, quand je ne suis plus elle, quand je perds mes ailes, mais je suis aussi toi,
ce que je suis est ce que j'étais, ce que je serai,
toi et toi, sous un même toit.
toi et toi, sous un même feu,
je suis feu,
je suis roi,
je suis eux,
je suis....moi...