Des cendres...

notre amour, je le reconstruis tous les jours,
détruire de cendres, ne jamais devoir se rendre.
je t'aime, sans concessions, sans pression,
sans compromis,
que tu as mis,
tant d'années,
à mes pieds, foulé,

notre amour, je le recommence chaque jour,
je vais et viens, jamais deux fois le même chemin,
je t'aime, avec rondeur et saveur,
une cuisine à deux, que tu as raté,
crevant mes yeux, avec fierté,
volant mes années,
mes rides,
du vide,
tué.

Notre amour, je le parfais à nouveau tous les jours,
j'en réécris la fin, au creux des mes reins,
tu te glisses, t'insinues,
je délaisse,
je m'abaisse,
tu me tiens en laisse,
je veux que ça cesse,
mais tu me tiens,
d'une main,
tu m'emportes,
on ferme les portes.

Notre amour, je le crie encore tous les jours,
car on n'exprime plus à la plume,
au loin sur une dune
un sable mouvant,
du vent qui s'insinue,
personne ne l'a su,
on s'est caché,
on a pleuré,
tu m'as volé,
je t'ai dévoré.

Notre amour, je le survole à nouveau chaque jour,
car les nuages sont parfois très bas,
on reste à ras,
sexe sur le sol,
on est en plein vol,
on oublie, on danse,
on vit dans une transe,
je balance,
tu jettes,
je guette,
tu voles mes sens....

Notre amour où est -il ?