Mosaique

Qui es-tu ?
une inconnu,
tu m'as vue ?
je t'ai aperçue,
cachée, au coin d'un mur,
une main peu sûre,
mais tu n'es plus,
tu es l'élue,
mais tu as oublié,
tu as oublié,
ce que l'on est....

Chut....j'ai une lettre à écrire,
avant de mourir....

on compte les tours,
parfois  à rebours,
on ne regarde derrière,
que lorsque se raréfie l'air,
il est déjà trop tard,
et le vent se fait rare.

un corps,
des torts,
des peurs,
des sueurs,
des mots,
de trop,

une mosaïque
,
brûlée par le temps,
ta vie,
un art en petits cubes,
ta vie,
se joue la succube,
on ne peut être qu'un seul bout,
on ne voit pas qu'une seule roue,
tu es une mosaique,
plus aucun risque,
tu es une mosaique,
écoute ta musique.

tu en as ramassé certaines parties,
petit à petit on se construit,
des cicatrices,
prédatrices,
des caprices,
un coup,
un trou,
rien n'est factice.
tu n'es pas un,
mais un tout,
cher ami,
fidèle ennemi,
tu n'es pas un,
mais un tout.

tout est désordre,
quand la peine se fait juge,
on se bat, on s'insurge,
ce temps qu'on essaye de mordre.
juste accepter doux océan,
d'être de partout fissuré,
d'être de loin de plus en plus ridé,
cherche, cherche ce bel enfant,
que les jours ont fait disparaître,
que tu veux faire naître,
mais les douleurs trop grandes,
ces armes qu'il est question de rendre.

Je suis une mosaique,
des bouts d'histoires,
qu'on laisse choir,
sur une rive satirique,
joueuse, espiègle,
aucune règle,

Toi, prince charmant,
tu veux les rendre béante,
elles me hantent,
toi seul a su leur donner du sang.
tu en as ramassé,
tu les as étudiées,
tu as réuni,
ce que tu pouvais,
tu as ri,
j'ai souri.

tu m'as mis un pied à l'étrier,
j'ai saisi la poignée,
ferme de ta main,
me disant, peut-être, demain ?
j'ai reconstitué le puzzle,
comme dans une jungle,
je sais, je sais,
ce qui fait toi,
ce qui fait moi,
ce qui fait chacun,
ces petits cubes,
qui s'agitent et s'animent,
ces petits cubes,
que j'ai habillés,
mis les uns contre les autres,
comme un dîner aux apôtres,
j'avais oublié,
j'avais oublié,
tu m'as rappelé
cette mosaique,
est ta musique,
cher amour,
j'ai compris,
j'ai compris,
cette mosaique,
c'est moi,
si tu es le roi,
elle est la reine,
libère les rênes,
accepte les fissures,
vis l'aventure,
ne reste pas à la traîne.

Lettre de l'aimée à l'aimé.