Hier...

Hier,
les carillons
ont volé le son,
dans la tête,
que des traîtres,
le voleur frappe,
la route dérape.

Hier,
j'ai traversé la rue,
j'ai croisé un inconnu,
il avait bu,
les yeux embués je salue.

Hier,
je m'assois dans un parc,
concours de tir à l'arc,
humidité matinale,
mon derrière sent s'infiltrer,
oh, la fieffée,
une eau hivernale,
sans honte ni vergogne,
je grogne.

Hier,
je passe par le marché,
des cris hauts des maraichers,
ds légumes alléchants,
euh...pas le temps,
on m'appelle,
non, je ne veux pas de radis à la pelle,
je veux juste pleurer,
dans coin à curé.

Hier,
le vent s'est levé,
j'ai cherché mes clefs,
trop tard
pour mon phare,
la lumière encore allumée,
de cette satanée porte d'entrée,
j'attends dans l'escalier,
la voisine détient ma liberté.

Hier,
mon chat,
chocolat,
a fait des dégats,
pas un seul rat,
plus un seul tissu,
sans griffes de cet illustre huluberlu.
je me couche
des les draps de l'amant,
celui rampant,
lui, il a fui
on dit "il découche",
moi j'en ris,

à présent,
ma tête errante,
joue de moi béante,
alcool sanguinaire,
tu ne manques pas d'air,
promis demain...je....