Qui est-elle ?

Elle s'est glissée
dans la moiteur du lit,
passé minuit,
comme un nuage.

Elle a soupiré,
posée dans les draps,
les mains satinées,
à la Degas,
juste ainsi de passage.

Elle s'est tournée,
contre moi,
avec son corps de soie,
elle a regardé,
si charmeuse,
si désireuse,
juste ainsi sans âge.

Elle a posé,
sans hésiter,
ses espoirs,
ses noirs,
ses peurs,
sa froideur,
dans le creux de mes paumes,
encore à l'aune,
fragile esquisse
d'une aube sans vice,
d'un tête à tête sensuel,
d'une onde merveille,
magique et sans rage.

Elle a apaisé,
ma sueur du passé,
elle a bercé,
mon esprit malade,
elle a aimé,
dans le port, cette rade,
que j'ai tant voulu,
que je n'ai jamais su,
ni voir, ni décevoir,
elle est restée.

Elle a fermé,
mes yeux si fatigués,
elle a souri,
sur un note de si,
elle a dansé,
dans la mélodie
de minuit,
elle a effleuré,
mes frissons prisonniers,

elle...elle...me tient encore la main...