Lettre d'amour numéro...

je suis venue...

...te dire qu'il faut être heureux,
pagayer
sans tarder,
une rivière enflammée,
qui jaillit doucereuse,
pondéreuse,
dans le labyrinthe,
parfois étriqué,
parfois enfermé,
de l'esprit mal placé,
déplacé,
replacé,
et balancé,
bien trop
bien trop.


...te dire qu'il faut sourire,
car tu vas bientôt partir,
ne te retourne pas,
le chat te voit,
il se moque,
il convoque,
dieux et maitres,
pour toi et ses toiles,
de sa plume à paraître,
il dévoile,
ses poils de fauve,
où glisse la pluie,
il frétille,
sous le ciel mauve,
de sa robe longue,
il tire des yeux oblongues,
es-tu Alice ?
chut et glisse,
tu n'as rien à perdre,
si ce n'est ta virginité,
celle dépassée,
appelé le sourire...

...te dire qu'il faut chanter,
gratter la mélodie,
que ta guitare jette,
la folie guette,
tu deviens baguette,
cymbale,
sale,
touche,
colline,
rime,
approche,
tu ne suis plus ?
tu restes l'inconnu ?
reste, reste,
ne sois pas victime,
laisse cette lime,
celle de vie,
brise le rythme,
et viens chanter,
comme une transe,
tu ne comprends plus,
parfait,
reste aux aguets,
c'est là le meilleur des comptes,
le plus beau de contes,

...te dire qu'il faut raconter,
encore et toujours,
ne jamais s'arrêter,
jamais jamais....