Jaune

Regarde les étoiles,
regarde bien haut,
tu veux une toile,
que tu puisses lever tôt.
mais si Rome ne se fait pas,
quand rien ne s'abat,
en un seul jour,
tu cours, tu cours,
mais Rome restera un rêve.
sans aucune trêve.
tu t'épuiseras,
tu vireras,
de bord,
ailleurs,
d'abord,
de peur.

Regarde les étoiles,
regarde bien haut,
la toile tourbillonne,
tu tisses,
un certain matisse,
qui ronronne,
en attendant ton sourire,
une délicat kir,
qui rendra heureux,
le passant désireux.

ta peau, tes os,
dans une ronde,
deviendront les beaux,
ce qui s'affairent sans honte,
car je t'aime,
oui, je t'aime.

Regarde les étoiles,
regarde bien haut,
oublie ce cri,
que tu tiens si précis,
au coin d'une main,
chaque matin,
écoute ma voix,
trace la tienne,
qu'elle aille ou qu'elle vienne,
ta voie sera ton cheval de Troie.

Regarde les étoiles,
regarde bien haut,
tu as perdu des amis,
mais pas la vie,
tes yeux sont ternis,
mais pas l'envie,
creuse, creuse,
ne feins pas la bien heureuse,
juste lève la tête,
la flamme en en-tête,
ne broie pas,
tes derniers pas,
range au tiroir,
le passé et son miroir.

ta peau, tes os,
dans une ronde,
deviendront les beaux,
ceux qui s'affairent sans honte,
car je t'aime,
oui, je t'aime.

regarde les étoiles,
regarde bien haut,
les maux se dévoilent,
car tu chuintes le voile,
il n'est pas si difficile,
de briser ses fils,
il faut y croire,
il faut croire en nous,
oublier les coups,
et accepter de voir.

Hommage musicale à CP.