Dernièrement....

Dernièrement,
la pluie est tombée
fuite d'un temps
qui nous fut dérobé.
Petite porte,
pas de lapin derrière,
une conte,
sans honte,
bascule en quelque sorte,
manque d'air,

Dernièrement,
a traîné un bordel,
j'ai brûlé mes ailes,
cicatrices à vif,
le temps a sorti ses griffes,
je me suis enfermée,
j'ai pleuré,
les larmes ont coulé,
ruisseau de cascade,
qui laisse en rade,
les maux passés.

Dernièrement,
je me suis réveillée,
il est revenu,
j'étais nue,
il n'a pas su,
il n'a pas pu,
m'approcher.
chat sauvage,
qui se prend pour un mage,
je me suis écartée,
et surtout retournée,
impossible romance,
chère carence,
tu te glisses,
et brises la glace,
mais sais-tu vraiment,
quel est le visage du temps,
ça ment,
ça tire,
ç s'attire,
ça rend,
et dernièrement,
ça a tout pris,
sans parti pris,
sans retour, ni regret,
sans âme ni forfait.

Dernièrement,
il s'est occupé,
sans palabrer,
de ses ailes,
oubliant les miennes,
si fragiles et aériennes,
danse de ménestrel,
il m'a abandonnée,
oui, abandonnée,
dans cette randonné,
que la vie offrait.
je continue seule,
je préfère être saoule.

dernièrement,
ivre dans les champs,
livre qui reprend,
lit humide,
larmes livides,
corps éteint,
on verra demain....