Encore un !

Un verre de plus,
et le voilà disparu,
une nuit qui s'use,
à attendre le devenu inconnu.

oui, je ne te connais plus,
je ne te vois plus,
je ne t'entends plus,
je ne te sens plus.
une histoire,
qu'on laisse choir,
qui se définit par des "plus",
elle en perd des plumes.

je vis dans l'amertume,
d'un brin passé,
jouant la brume,
que l'on a effacé.
alors je suis triste,
tu as enneigé la piste,
je ne distingue plus tes pas,
et je tombe dans le trépas.

je sens comme un "dommage",
qui se fait rage,
au creux de mon antre,
que tu éventres.
tu es parti ce matin,
pour prendre ton train,
tu n'as laissé aucun billet,
pour te rejoindre,
j'ai vu alors le soir poindre,
et l'aiguille me pénétrer.
alors j'ai surgi
la flamme d'une bougie,
sur le navire,
qui chavire,
mon coeur souffre,
dans son propre gouffre.

Un verre de plus,
que je bois à la russe,
fort et rustre,
pour oublier
pour danser,
non sur le lustre,
mais sur une nouvelle musique,
peut être moins lyrique,
pour éviter de tomber
dans une tragédie
fausse et inutile,
pour une branche futile,
qui demain
fleurira dans de nouvelles mains.