Des Moments

Pourquoi quelques minutes ?
pour calmer le soleil en rut.
Pourquoi un instant ? 
car vite passe le temps.
Pourquoi un moment ? 
pour souligner l'égarement...

Il y a de ces moments,
dont on se souvient,
comme de ces mouvements,
que le corps retient.

un enfant dort,
quand la pluie tonne dehors,
les bras d'une mère,
dans un rock-in-chair.
elle berce,
et apaise,
ce petit corps à l'aise,
dormant dans la caresse.

moment suspendu...

Les amants attendent,
chacun sur un banc,
rendez-vous d'antan,
les yeux se tendent.
les maladroits ont mal compris,
l'un et l'autre fuient.
ils se retrouvent alors au bord du lac,
étonnés
"tu n'es pas venu"
"non, c'est toi qui n'est pas venue"
et le dialogue continue,
sur une mélodie bien connue,
par les deux seuls amants,
qui se dirigent au vent,
vers un hôtel,
une clé, un passe,
plus de trace,
est-ce réel ?

moment interdit...

une scène, un noir,
silence,
en transe,
elle brise le miroir.
un pied, une musique,
deux pieds, elle se risque.
Il rentre, discret,
derrière, elle ne voit,
pas sacrés,
à l'intérieur, elle le croit.
une cage, ils se battent,
ils dansent à deux,
la farce des amoureux,
les corps grattent,
et foulent le sol,
sur un sol,
qui vibre dans l'instrument,
en eux, ça boue,
si fort, si grand,
ils tournent une roue.
ils virevoltent,
sans se séparer,
la nuit se fait,
ils passent la dernière porte.
noir.

moment dansé...

le jour se lève,
aucune trêve,
elle doit ouvrir l'oeil,
et plonger dans ce seuil,
elle a peur,
sur ces joues la sueur,
ou juste des gouttes,
d'un pleur incertain,
qui déroute,
ce tremblant matin.
hier fut la dernière,
il est parti,
elle est restée,
hier sera la dernière,
du mal dans sa tête,
les mots buttent,
il est parti,
elle est restée,
la vie butte.

un autre moment...et son mot...ment