Le Vol d'Icare ?

Icare n'était pas comme toi.
il ne se présentait pas comme un roi,
mais il portait l'oiseau,
sur son visage en étau,
que la foule argentée
aimait à lui donner.

Icare ne marchait pas comme toi,
il ne se présentait pas comme une loi.
il allait où bon lui semblait,
à personne il ne ressemblait,
son chemin fait de cailloux,
il est né dans un chou ?
personne ne le sait petite,
Icare est un mythe.

Icare ne parlait pas comme toi,
il montait toujours dans les toits,
ne maitrisait pas son intérieur,
battement irrégulier d'un coeur.
il ne cherchait pas la gloire,
mais laissait choir,
ce qui venait en lui,
quand tombait la nuit.

Icare ne regardait pas comme toi,
car il oubliait son poids.
Par le bas, par le haut,
il exagérait parfois de trop.
D'une minutie imprécise,
il devenait une hantise,
traversait ton être,
pour oublier le soi disant paraître.

Icare ne volait pas comme toi,
pour cela, certes il était le roi.
d'une invisibilité transparente,
il savait chopper ton ton crayon noir,
par une simple fente,
te voilà ce qu'on appelle la bonne poire ?
Belle Hèlene, il est le cheval de Troie,
qui dans ta vie ne te laissera qu'un seul choix :
Le suivre ou déguerpir dans ton trou à rat...

Par ma plume longtemps endormie,
j'ai volé les mots d'un ami,
que je n'ai jamais vraiment connu,
je refais surface totalement nue,
Icare est à moi, il ne se voile pas la face,
Icare est à toi, il te laissera une trace.