JE VAIS GRANDIR


Il l'a dit, il avait mon âge, la trentaine passée. 

Il est déjà grand. 


Alors pourquoi grandir ? 

Grandir, grandir est un beau mot, il a grand à l’intérieur, ça montre combien il est grand à la base. Moi, ça m’effraie un peu.

Grandir, c’est abandonner ses habits de bébé, sa peau d’enfant , ses boutons d’adolescents, son cœur d’artichaut, la bouche des premiers émois pour rentrer dans un autre bout de vie.

On peut grandir à tout âge, on peut même grandir, redevenir enfant puis grandir à nouveau. On peut même ne jamais grandir, c’est mon cas, ma taille n’a pas bougé depuis mes 15 ans.

C'est vieillir aussi, prendre du blanc sur le cheveu, quel drôle de peinture. En vieillissant, je dirai plutôt qu'on tourne marron, couleur de la terre, ou bleu couleur du ciel, ça dépend vers où tu veux partir, y'a les croyants, les pédants, les neutres, les méritants, les rêveurs, les romantiques, les absurdes, les nuageux...Moi je suis un peu de tout, croyant en ses dents de fer, pédant dans mes peines, neutre sauf si j'attaque avec un feutre, méritant sans médaille, car je n'aime pas l'ail, rêveur car ça a de la saveur, romantique car ça me donne de drôles de tiques, et des papillons aussi...mieux que le tic...Tac tic tac...ah oui vite, absurde...il n'y a qu'à regarder le monde, nuageux...je le suis maintenant...

Ah, en fait, on a pas parlé du cœur.

Ça aussi ça doit grandir, le petit prince le savait de son astéroïde. Parfois, il se brise même, et les cicatrices restent, jamais ne disparaissent, mais c’est aussi l’histoire non ? la vie, je veux dire.
Je vais grandir. J'ai pris cette décision ce matin comme un élan. Je me suis pris la porte dans le nez, Grandir commence mal. D’un autre côté, on m’a toujours dit que grandir, c’était douloureux.

Mais t’inquiètes, je t’oublierai pas petit bonhomme, t’es ancré, moi j’ai pas toujours pris les bonnes plumes mais tu es ancré en moi. Les pages ne sont pas blanches ni arrachées et les prochaines sont toutes à noircir. Oui, tu vas te prendre un peu de soleil dans les souvenirs, mais c'est ainsi, puisque je vais grandir.

Je vais grandir, je n’ose pas encore conjuguer le verbe. Faut dire qu’il est grand, comme verbe, c’est beaucoup de responsabilités et je ne suis même pas sûre de savoir où je dois signer.

Je vais grandir et si ça va pas, je reviendrai, t’inquiètes….