LIRE EN TOI COMME DANS UN LIVRE OUVERT


Tu aimerais ça, mais oui, je ne suis pas un livre, donc techniquement, on ne peut pas m’ouvrir, tu as essayé, bravo. D'autres ont essayé, mais on ne les a jamais revu, moi et mon cœur, mon cœur et moi, pardon, c’est abusif que de me mettre avant mon cœur, surtout que c’est lui qui dirige, le plus souvent. Il est coriace.
Une porte claque, tu viens déjà de refermer le livre.
Dis donc, j’étais en train de m’ouvrir, pour faire sourire l’histoire, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et toi tu refermes tout.

Une porte claque à nouveau,
D’accord donc tu pars à double tour.
Je fais peur. Et, je croyais que tu aimais les films et livres d’horreur, j’en suis un ! si je suis un livre, je suis un livre d’horreur
Ça claque encore.
Le chien aboie
Ça claque.
Y’a du vent.
Oui, tu n’as laissé que le vent en partant.
Whaou, ça souffle, c’est la tempête.
Les pages s’arrachent.
Si, je suis un livre bien sur.
Pourquoi je serais un livre. De l’horreur, on n’en a pas besoin. Enfin, si, une catharsis disent-ils…
Ok, je m’ouvre si ça peut te faire rester, tu vas trouver aucune page blanche, enfin si quelques unes, ce sont celles où je ne savais pas quoi ressentir, où je n’arrivais plus rien à sortir.
Tu vas trouver des pages gribouillées, en noir et blanc, certaines en couleurs.
Tu vas trouver des pages où j’écris dans tous les sens, car en allant dans tous les sens, je suis sure de ne pas aller dans un seul sens et donc de ne pas tromper.
Tu verras des pages où je ne fais pas de choix, je fais plusieurs chapitres à la fois.
Aller dans un seul sens, on me le dit, de me concentrer, y’a une ou deux pages où j’ai essayé, y’a un mot, pas plus. Mais il est vide, car ce n’est pas moi
Y’a des pages où je vais dans tous les sens mais je suis organisée car je mets plus de temps à y aller.
Il y a des pages qui glissent, ça ce sont les larmes qui sont tombées trop vite et trop près, je n’ai pas pu les rattraper
Il y a des pages qui sont monochromes, non, je n’ai pas voulu rivaliser avec un peintre, j’ai juste voulu immortaliser une humeur, une émotion, forte.
Car quand les pages sont fortes en émotion, il n’y en peu qui sont blanches, pur, pur, car oui, je ne suis pas pure. Je ne suis pas claire. Je ne suis pas un seul visage.
Chaque page est un nouveau visage, oui, c’est un livre qui contient pour le moment 1666 pages….si ringard, le chiffre du diable, mais le 1 vient calmer tout ça.
Alors, tu as toujours envie de lire ?
Je n’entends plus de portes qui claquent.
Ah tu as dû commencer la lecture.
Bon courage…y’a un twist à la fin, ne t’inquiètes pas…